Le cheptel bovin de Guadeloupe est le résultat de métissages variés intervenus tout au long de la période de colonisation, et principalement durant le XVIIIe siècle :

– il tire tout d’abord ses origines des bovins ibériques amenés par les premiers colons espagnols et portugais ;

– par la suite, le « commerce triangulaire » et ses comptoirs d’Afrique de l’Ouest ont contribué à des apports importants de bovins issus de cette région ;

– des introductions en provenance de colonies anglaises ou espagnoles d’Amérique et de la Caraïbe sont également relevées ;

– enfin, pour compléter ce métissage, des introductions de zébus indiens sont pratiquées à partir du XIXe siècle, mais en faible quantité.

metissage du créoleMétissage du Créole (Naves et al. 2009)

Les origines métisses du bovin Créole de Guadeloupe ont été confirmées par l’analyse de marqueurs biochimiques et moléculaires.

Une étude menée récemment permet de préciser la contribution des différents rameaux au génome du bovin Créole de Guadeloupe : origine zébu (38 %), taurin africain (36 %), taurin européen (26 %). (Gautier et Naves, 2011).

Le bovin Créole de Guadeloupe présente ainsi des caractéristiques originales, héritées de ces différents animaux et de leur croisement. Il a en outre été influencé par les conditions d’environnement auxquelles il a été soumis, par son mode d’élevage et son usage, et par son isolement géographique.